mercredi 22 mai 2019




Artistes programmés pour l’édition OMME5 Avril-mai 2024 "FEU": 

Mathilde Abraham : https://www.facebook.com/profile.php?id=100067200150324 
Perrine Coquin : https://www.facebook.com/perrine.coquin 
Victorien Ezard : https://www.victorienezard.com/ 
Ionolutrev (Solène Garnier) : https://solenegarnier.bandcamp.com/ 
https://solenegarnier.wordpress.com/francais-2/ 
Alfred Mauve : https://ajuntament.barcelona.cat/ccivics/elbesosielmaresme/p/29762/alfred-mauve-fotografia 
Martine Saurel : https://martinesaurel.blogspot.com/ 


Prométhée a dérobé le feu sacré de l’Olympe pour le donner aux hommes, corrigeant ainsi leur faiblesse, les armant du feu civilisationnel. La flamme olympique traversant les contrées nous rappelle à ce don, fondateur des sociétés humaines, élément par excellence du désir atavique d’élévation et du dépassement de soi. 
Message de ralliement, le feu comme symbole de lumière, flamme évocatrice, mémoire, celle qu’on ravive, passage de l’antique désir d’en découdre au futur idéalisé de concorde. 
Le feu, celui de l’amour et de la passion, celui qui rougit nos joues quand nous sommes ému.e.s ou quand nous ressentons le froid de l’hiver. Fièvre, quand le démon intérieur se révèle, fièvre créatrice aussi bien, fougue, fureur de vivre. 
Le feu dévastateur, tel que nous le voyons actuellement, méga-feux partout dans le monde. Mais aussi le feu qui couve sous la croûte terrestre, formateur des roches sur lesquelles nous marchons. 
Ce que nous voyons ici c’est le feu sous toutes ces formes, qui « trans-forme ». 
Il brûle, il réchauffe. Le feu c’est la vitesse, le mouvement qui déplace les masses d’air, transforme l’eau en vapeur. Né du frottement de l’air ou du bois, découverte primordiale. Feu mythologique, feu de l’âtre, le feu est dans nos corps et à l’extérieur. Il est extension et dilatation du soi et du territoire, et aussi, il réduit ce dont il s’est nourri en portion congrue, élémentaire carbone, charbon avec lequel nous avons tracé ce qui est encore dans le fond des cavernes. Ce dont il s’agit ici est d’explorer ces grottes au flambeau de la torche, d’y voir ces figures mouvantes d’alors et tel le coureur olympien d’en sortir et d’éclairer la cosmogonie du présent, celle qui s’anime dans le noir de nos salles de cinéma, sur le fond noir de nos écrans comme de nos consciences. À travers le thème du feu, les artistes de OMME5, après une semaine de résidence à la Chapelle Saint-Jacques à Clohars- Carnoët, nous donnerons à voir, à sentir et ressentir la flamme qui les aura animée. Le tout formera une exposition aux combinaisons illimitées, ce qui autorisera un grand nombre de lectures. Car il ne s‘agira pas uniquement de rencontres mais d‘un véritable processus de réflexion formant « un champ d’opération pour le spectateur ». Et c’est lui, le spectateur, comme dans une course de relais, qui sera le bénéficiaire de cette flamme. OMME5 sera comme deux bâtons qu’on frotte : étincelle, souffle, respiration, lumière, on tourne ! 


OMME est l’acronyme de Objets Mobiles Musique Expérimentale et c’est une résidence d’artistes née d’une volonté de décloisonner les arts. Les expositions qui en résultent forment un tout, constitué de vocabulaires spécifiques formant des parallèles, des correspondances et des analogies qui ne s‘arrêtent pas au domaine du visuel. Des liens se tissent entre les divers éléments et l’endroit où ils se trouvent placés sans que ce soit une simple confrontation entre les oeuvres et une salle. Cette salle se trouve dans la pénombre, ce qui déjà bouscule nos sens. Le son, par exemple et le toucher de la pierre froide quand nous entrons dans la Chapelle Saint-Jacques bouleversent notre appréhension de l’espace avant que nos yeux s’habituent au manque de lumière. La scénographie de l’exposition emprunte au spectacle vivant en faisant intervenir lumière et ombre. L’acronyme OMME de par le son quand nous le disons, et de part son hermétisme apparent, nous évoque d’autres homophones, qui l’un dans l’autre ont du sens par rapport au concept de cette résidence. Il en est un qui est « Homme », sans qu’il soit genré, l’être humain, un autre qui est « Home » ; la maison, et puis « Ohm » qui est l’unité de mesure qui se rapporte à l’ohm, à la loi d’Ohm (loi physique établissant une relation entre la résistance d’un conducteur, l’intensité du courant qui le parcourt, et la différence de potentiel qui apparaît entre ses extrémités), et encore « OM » qui incarne mystiquement l’essence de l’univers entier. Cette signification est encore approfondie par la croyance philosophique indienne selon laquelle le son a d’abord été créé et que l’univers en est né. En tant que son, OM est la racine de l’univers et de tout ce qui existe et continue de maintenir tout ensemble.